Marché japonais : Remise en perspective des chiffres

Cette semaine, le site BoDoï a mis en ligne son 29e récapitulatif mensuel des infos à retenir pour le marché du manga (France / Japon / International). Parmi la longue liste de news intéressantes présentées cette fois-ci, une d’entre elles a retenu mon attention:

RIEN NE VA PLUS SUR LE MARCHé DU MANGA ?

Si le marché du manga recule en France, le schéma se révèle similaire au Japon. Ainsi, l’institut Oricon constate que le marché a enregistré une baisse de 1,5 point en 2012 – une première depuis 2009. Ainsi, les ventes sur l’année 2012 représentent environ 2,12 milliards d’euros, contre 2,153 milliards en 2011, 2,145 milliards en 2010 et 2,14 milliards en 2009. À noter également que le marché du livre recule au Japon depuis trois années consécutives (-5,4 points, à 8,34 milliards d’euros). Concernant les trois plus gros éditeurs de mangas, leur position reste sensiblement le même : Shûeisha (14,5% de parts de marché) recule de 0,2 point, Kôdansha (10,8% de parts de marché) progresse de 0,1 point, et Shôgakukan gagne 0,5 point pour arriver à 7,9% de parts de marché.

Il s’agit de la reprise d’une information publiée sur Manga News début février et qui m’avait déjà fait tiquer à l’époque. En effet, ce sont des données brutes qu’il convient de remettre en perspective avec la réalité toute particulière du marché du manga au Japon sur la même période, où One Piece a battu records sur records. La série culte d’Eiichirô Oda s’est écoulée a été imprimée à 280 millions d’exemplaires environ en 15 ans rien que sur le sol nippon, dont plus d’un tiers a été vendu entre 2009 et 2012 (pour plus de détails, voir les commentaires). Ce chiffre étourdissant biaise donc totalement toute interprétation classique des données.

Donc, si on reprend les chiffres, cela donne les résultats suivants :
2008 : 5,96 millions d’ex. de One Piece vendus.
2009 : 2,14 milliards d’euros de CA avec 14,72 millions d’ex. de One Piece vendus.
2010 : 2,145 milliards d’euros de CA avec 32,34 millions d’ex. de One Piece vendus.
2011 : 2,153 milliards d’euros de CA avec 37,99 millions d’ex. de One Piece vendus.
2012 : 2,12 milliards d’euros de CA avec 23,46 millions d’ex. de One Piece vendus.

On constate ainsi qu’en 2010, l’augmentation exponentielle des ventes de One Piece n’a eu qu’un impact très faible sur le CA global du marché, tout comme la baisse de 2012 (-14,5 millions, -38,25%). De fait, si l’on retire One Piece de l’équation, il apparaît très clairement que l’année noire pour le marché était 2010 (-2,67% par rapport à 2009), que 2011 était légèrement en dessous (-0,52% par rapport à 2010) tandis qu’en 2012 la baisse du hit d’Oda a été compensée partiellement par d’autres titres (+0,74% par rapport à 2011). 2012 a même été une bonne année avec un CA à la hausse par rapport à 2010 (+ 0,21%). Ce qui est plutôt rassurant, même s’il n’y a pas non plus de quoi sauter au plafond (il reste inférieur à celui de 2009 (-2,46%))…

Dans la tempête, Luffy et Chopper redressent la barre…

Pendant que la majeure partie des médias a les yeux rivés sur le cas Virgin (prévisible depuis de très long mois, au moins autant que la FNAC également en mauvaise posture…) entre deux chapitres du « Tour du Monde en 80 jours » de Gérard Depardieu bientôt paré pour le cross-over Koh-Lanta/Pékin Express/La ferme célébrités, d’autres entreprises françaises connaissent de grosses difficultés dans l’indifférence quasi-générale.

C’est le cas du Groupe Jemini, dans la tourmente depuis l’automne dernier. Spécialisé dans les jouets pour enfants, le groupe frappait un grand coup il y a tout juste un an (le 10 janvier 2012) en annonçant la signature d’un accord avec Toei Europe pour produire des peluches One Piece à l’effigie de Luffy et de Chopper dans un premier temps. Même si Jemini produisait des goodies Hello Kitty, il s’agissait de sa première vraie incursion dans le milieu de la BD japonaise. Quatre gammes de produits sont ainsi sortis fin octobre 2012 (en théorie… j’avoue ne pas avoir vérifié personnellement…).

Mais voilà que la nouvelle tombe dans la presse locale au lendemain de Noël : le groupe connaît de grosses difficultés financières et est contraint de déposer le bilan, après une mise en cessation de paiement le 20 décembre, malgré un catalogue porteur (Asterix, Spiderman, Marsupilami, Maya l’abeille, Tintin…). Un autre article nous donne plus de détails :

Le Groupe Jemini, dont les difficultés étaient liées à la baisse du marché et aux choix stratégiques de ses anciens  managers, a renégocié ses dettes financières liées à son historique, dans le cadre d’une procédure amiable initiée au mois d’octobre 2012. Parallèlement à cette restructuration opérationnelle et financière, une opération de levée de fonds a été lancée en novembre 2012, le Groupe Jemini ayant reçu de nombreuses marques d’intérêts d’investisseurs financiers et industriels, un espoir est peut-être en train de naître pour les 60 salariés d’Ecommoy dans la Sarthe.

Gages de sérieux 

La volonté des candidats investisseurs les plus sérieux de pouvoir échelonner davantage la dette a incité la nouvelle équipe de Managers depuis le mois d’octobre à demander au Tribunal de Commerce de Paris de bénéficier de l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire. Ceci permettra d’envisager un délai plus long dans le rééchelonnement de la dette et de finaliser la levée de fonds.

Le problème semble toutefois remonter à 2011, si l’on en croit cet autre article plus critique :

« À partir de mars 2011, le management a tablé sur une croissance énorme, rappelle Stéphane Cohen, du cabinet de conseil. Il y a eu beaucoup d’argent dépensé par rapport aux résultats escomptés. »

L’année 2011 a été marquée par les achats de Fun House (mobilier pour enfants), Spell (arts de la table pour enfants), CTC (montres et accessoires) puis Pixi, spécialiste des figurines en métal, plastique ou résine. Jemini a eu les yeux plus gros que le ventre.

Sans parler de son entrée en bourse :

En février 2011, Groupe Jemini entrait sur le marché boursier NYSE Alternext Paris, levant au passage près de 11M€ d’euros. Mais son action de 8 €, n’était plus, en octobre dernier, qu’à 2 euros avant que la cotation ne soit suspendue dans l’attente d’un nouveau président du Directoire, Patrick Abessira, ayant démissionné suite aux pertes enregistrées en 2012 (chiffre d’affaires en baisse de 19 % pour le premier semestre).

Cet après-midi, le tribunal du commerce de Paris a rendu son verdict et a placé Groupe Jemini en redressement judiciaire avec période d’observation de six mois. Un soulagement (temporaire ?) pour la soixantaine de salariés de l’entreprise et pour la commune d’Ecommoy (72) qui vient de subir la fermeture d’une autre grande société, Belipa (meubles de salle de bain et de cuisine), avec le licenciement de 118 salariés.

Goodies à gogo chez Zozo !

Début mars, la boutique nipponne Zozo s’est associée avec une vingtaine de marques pour proposer une série de produits dérivés estampillés One Piece. On peut donc encore commander en ligne des vêtements (t-shirts, pantalons, sweat…), des chaussures, des bijoux (bagues, colliers, boucles d’oreilles…), des accessoires (porte-monnaie, sacs à mains ou à dos, casquettes…), des figurines, des boules à neige, une coque pour iPhone… En import exclusivement, je le rappelle.

Certains goodies valent vraiment le coup d’œil, malgré des prix parfois élevés… (Mais on est fan ou on ne l’est pas !)

© DOARAT

© glamb

© mastermind Japan

News Animeland : Bonus Track (2)

Pour m’excuser du faible nombre de mises à jour actuelles du blog, j’ai décidé de vous gâter avec pas moins de quatre bonus supplémentaires ce mois-ci.

Bonus 1 :

Dans le n° 179 d’Animeland, actuellement en kiosques, j’évoque le grand retour de Shaman King au Japon. On remarquera que le Jump Kai mise vraiment beaucoup sur ce titre puisque c’est la troisième fois, en cinq numéros, qu’il fait la couverture du mensuel.


Jump Kai n°9 © Hiroyuki Takei / Shûeisha 2012

Mais si j’en reparle ici, c’est pour signaler l’ouverture depuis le 5 mars d’un site spécial en japonais consacré à la fois à la série de nouvelles publiées depuis cet automne (0 – Zéro) et à Shaman King Flowers, présentant en exclusivité certains personnages inédits qui feront leur apparition le mois prochain. Je suis curieux de savoir ce que vous pensez du character design de ces nouveaux protagonistes. Le site propose également le clip Osorezan, le voile de Megumi Hayashibara ainsi que le dessin de M. Takei (qui sert d’illustration dedans) en fond d’écran de différentes tailles.

* * *

L’info en + : Pas de chapitre de Prophecy dans ce numéro 9 du Jump Kai, Tetsuya Tsutsui n’ayant pas réussi à rendre ses planches à temps en février.

Bonus 2 :

Il était également question de l’actualité de Junko Kawakami. Tout d’abord, je tiens à apporter une petite correction : le titre de son manga est Nichiyôbi wa Marché de bonbon (j’ai oublié le wa). Désolé pour ce malencontreux oubli. Ensuite, je vous invite à vous rendre à cette adresse. Si l’interview de Junko Kawakami qui y est proposée est toute en japonais, il y a énormément de très belles photos à voir d’elle et de son atelier.

Bonus 3 :

Le 1er tome de la nouvelle série de Jôji Manabe est paru le 14 mars.

Bonus 4 :

L’exposition One Piece a ouvert ses portes le 20 mars. L’évènement a été relativement bien couvert par les médias. Ainsi, le site Comic Natalie propose-t-il plusieurs photos sur place, tandis que de nombreux reportages sont passés à la télévision japonaise. En voici un :

* * *

L’info en + : Le site Bulles et onomatopées a relayé la semaine dernière un fanart de One Piece par Boulet ainsi que la vidéo du making-of. Bluffant !

Faits d’hiver

Comme tous les ans à la même époque, la saison est propice à de jolis concours de bonshommes de neige prestigieux aux quatre coins du globe. Ainsi, en France, se sont déroulés à Valloire le 21e concours de sculpture sur glace (du 17 au 21 janvier) et le 29e concours de sculpture sur neige (du 24 au 27 janvier).


D.R. © Pascal Delannoy / Ot Valloire

Aujourd’hui se termine par exemple le Carnaval du Québec, débuté le 27 janvier, et où, malheureusement, la France n’a pas réussi à se distinguer lors de L’international de sculpture sur neige.


L’œuvre de la délégation française © D.R. 2012

Et d’autres manifestations sont déjà prévues dans la région, comme le Festival du Voyageur.

Le Japon n’est évidemment pas en reste avec la 63e édition du Sapporo Snow Festival (Hokkaido) qui s’est déroulée cette semaine et qui s’est achevée également aujourd’hui (Quelques photos des éditions précédentes). S’y est distinguée une sculpture géante réunissant les héros de deux séries à succès du célèbre hebdomadaire Weekly Shônen Jump (Shûeisha) : Toriko (à gauche) et Luffy (One Piece – à droite).

Plusieurs photos ont circulé sur la toile. Celle du site officiel, ci-dessous :


© 第63回さっぽろ雪まつり

Mais également sur le compte Twitter de Hisashi Sasaki, ancien rédacteur en chef du Shônen Jump (voir Bakuman) :


© Shûeisha

Et en fait, en fouillant un peu, j’ai carrément trouvé un making of  en photos sur un blog japonais !

PS : Cliquez sur les images pour les voir en grand !