Les Men in Black sont de retour !!!

Non, je ne parle pas de ceux du film avec Will Smith en salle le 23 mai (demain, donc), même si le timing m’amuse beaucoup, mais des célèbres méchants du manga Détective Conan. Il s’agit désormais d’une tradition locale bien implantée, régulièrement, en mai, Gôshô Aoyama relance l’intrigue principale de sa série fleuve avec une enquête mettant en scène un ou plusieurs membres de la fameuse organisation. Ce coup-ci, le mangaka frappe toutefois plus fort dans le 25e numéro du Weekly Shônen Sunday en vente dès aujourd’hui au Japon (le 23/05 – pour ceux qui ne suivent pas le décalage horaire) avec l’annonce d’une grande affaire, affiche et site web dédié à l’appui. Si on en croit l’éditeur, Murder on the Belltree Express (Belltree kyûkô satsujinjiken en VO) promet des révélations et des rebondissements pour ce qui pourrait être l’une des meilleures parties de la série (la dernière ?). A voir !

L’affiche (cliquable) met en tout cas l’eau à la bouche, alors même que j’ai décroché de la série il y a quelques années !


Meitantei Conan © Gôshô Aoyama / Shôgakukan Inc. 2012

Source : Comic Natalie

Revue de presse (4) : Shônen Sunday Super n°03/2012 (Jp) Février 2012

*** Semaine Spéciale Shûkan Shônen Sunday ***

Numéro spécial (増刊号) dérivé de l’hebdomadaire Shûkan Shônen Sunday depuis 1978, le magazine Shônen Sunday Super a changé de nom en 1995 puis en février 2012, soit tous les 17 ans, passant désormais de 週刊少年サンデー超 à Shônen Sunday S (週刊少年サンデーS(スーパー)). Une coquetterie qui tient davantage du changement de forme que de fond. Après avoir été ponctuel, mensuel et bimestriel, le Shônen Sunday S est de nouveau mensuel depuis 2009 et permet le lancement de nombreuses séries dont la publication se poursuit ensuite gratuitement sur Club Sunday. Longtemps resté à un tirage moyen de 15 000 exemplaires, ce dernier est tombé aux alentours de 13 000 au dernier trimestre 2011.

© Shôgakukan Inc. 2012

Outre son changement de nom, ce numéro de mars 2012 (il y a souvent un décalage entre la date de publication d’un magazine de manga – en avance – et sa sortie réelle), paru le 25 janvier dernier, s’accompagne de plusieurs modifications notables. Il passe en effet de 498 à 864 pages, et de 420 à 500 yens. Pour gonfler le contenu, le magazine republie des récits anciens par salves de trois chapitres (à suivre dans les numéros ultérieurs). On retrouve ainsi une vieille enquête de Détective Conan (à partir du dossier 5 du tome 36) ainsi qu’un ancien arc de Major (débuté dans le tome 24), les deux plus longues séries du Sunday hebdomadaire.

Côté nouveautés, ce sont pas moins de sept séries qui ont été lancées simultanément ! Et comme la publication est désormais passée, les chapitres sont disponibles gratuitement en ligne jusque fin avril (voir les liens au fur et à mesure). L’ensemble est tout en japonais, évidemment.

En numéro 1, un spin-off de Détective Conan basé sur le scénario du troisième film, Le magicien de la fin du siècle, réalisé par Yutaka Abe (un dessinateur de manga pour filles) et Jirô Maruden, qui avaient déjà signé, ensemble, plusieurs tomes de la série parallèle (mais officielle !) de Détective Conan ainsi que des ouvrages dérivés de la série. Chapitre 1

En numéro 2, un nouveau manga inspiré du récent Gundam Age de Hiroshi Nakanishi. Je dis nouveau, car il y en a déjà eu d’autres, dont un en deux parties publié l’automne dernier dans le Shônen Sunday. Chapitre 1

En numéro 3, Koori no kuni no ôjisama, un manga sur le hockey de Haruka Ono, qui avait déjà réalisé une nouvelle pour Club Sunday en 2009. Chapitre 1

En numéro 4, une aventure choupinette avec un petit chien mignon, Tomodachi Tetra! de Clover R, qui travaillait avant sous le pseudonyme de Seizu Kuroba. J’ai beaucoup aimé ce premier chapitre, dont un pilote avait été publié l’an dernier dans le Shônen Sunday n°30/2011.

En numéro 5, Mikithi blood, un survival game de Yasushi Kawanaka (Twitter). Si deux des anciens récits de l’auteur ne sont plus accessibles sur Club Sunday, ce n’est pas le cas de Sado-hime no basket et du 1er chapitre de Mikithi blood.

Citons, enfin, Aoi ne Shiba kun! de Mitsuhiro Kimura (en numéro 6) et un court spin-off tout en couleurs de Hayate no gotoku, réalisé par Kenjirô Hata lui-même (en numéro 7). Il s’agit pour ce dernier d’une série de strips humoristiques en quatre cases.

Mais cet inventaire ne serait pas complet si je ne parlais pas du retour en force de King Golf, le manga de Ken Sasaki. Lancé dans le Shûkan Shônen Sunday n°36-37/2008, ce manga relativement barré était interrompu depuis le n°46/2011. Il revient donc avec trois chapitres d’un coup (du 149 au 151), soutenu par la sortie en librairie des volumes 14 & 15, quelques jours plus tôt.

Au final, Shôgakukan a vraiment sorti l’artillerie lourde en ce début d’année avec un numéro dense, varié et long à lire. Mais est-ce que tous ces efforts seront suffisant pour permettre au mensuel de redresser ses ventes ? Réponse dans quelques mois !

Si vous souhaitez lire gratuitement l’ensemble des récits publiés dans ce numéro, rendez-vous là. Votre avis est évidemment le bienvenu dans les commentaires. Quant au sommaire du numéro d’avril, disponible depuis le 25 février, il est ici.