« La Belladonne de la tristesse », cette nuit sur Arte

Un commentaire

C’est par l’intermédiaire du site d’Animeland que l’on apprend qu’Arte diffusera cette nuit un long métrage japonais qui fête cette année ses 40 ans, La Belladone de la tristesse (Kanashimi no Belladonna), également connu sous le titre Belladonna la sorcière. Je tiens à prévenir tout de suite : ce film est d’abord à réserver à un public averti, pour sa crudité visuelle, mais aussi pour son aspect totalement expérimental. Mais que les curieux, les amateurs d’esthétisme baroque et ceux qui pensent que l’animation nipponne n’a aucune personnalité ne manquent surtout pas ce rendez-vous rare, probablement unique, de visionner ce film pour le moins inoubliable.

 © Mushi Production 1973

Produit par Mushi Production, il a été réalisé par Eiichi Yamamoto en 1973. Il s’inscrit dans une trilogie de films adultes et érotiques initiée à la fin des années 60 par Osamu Tezuka et dont j’ai parlé dans le dossier que j’ai consacré au sexe dans son œuvre dans le second numéro de Manga – 10 000 images il y a quatre ans. Le film est adapté d’une nouvelle de l’écrivain français Jules Michelet.

La Belladone de la tristesse était sorti en France au cinéma dans les années 1970, mais le film est devenu une rareté, projeté uniquement à l’occasion de festivals.

La présentation très juste d’Arte :

Entre sadisme et érotisme, psychédélisme et Art nouveau, un bijou de l’animation pour adultes, inspiré par ‘La sorcière’ de Michelet. Ce film, qui fut le dernier produit par les Studios Mushi d’Osamu Tezuka, le père d »Astro Boy’, appartient à une trilogie prisée des connaisseurs, ‘Animerama’.

Au XIVe siècle, en France, Jeanne, une jolie paysanne, est violée par son seigneur le soir même de ses noces avec celui qu’elle aime, Jean. C’est le début d’une longue suite d’avanies, qui vont la pousser à devenir sorcière sous le nom de Belladonne, avant de tomber dans les griffes de l’Inquisition…

Ce film, qui fut le dernier produit par les Studios Mushi d’Osamu Tezuka, le papa d’Astro Boy, appartient à une trilogie prisée des connaisseurs, Animerama. Composé d’images fixes lointainement inspirées de Klimt, Mucha ou Schiele, baigné d’une musique psychédélique bien de son époque, il n’a jamais été distribué hors du Japon. Peut-être parce que, même s’il relève clairement du cinéma pinku (genre pornographique japonais), sa dimension onirique et son tempo contemplatif en font une œuvre à part dans le cinéma érotique.

Horaires de diffusion :
Ce soir à 1h20
Dans la nuit de mercredi à jeudi à 3h05En replay sur le site Arte+7 pendant une semaine.

N’hésitez pas à réagir ensuite dans les commentaires ; je suis très curieux d’avoir votre avis sur cet OVNI !

Manga – 10 000 images 1′ : Le Yaoi

2 commentaires

Le Yaoi, est la réédition mise à jour et développée du numéro 1 de la revue d’analyse Manga 10 000 images, disponible en librairie depuis le 29 novembre 2012. Afin d’être raccord avec le cahier des charges des numéros 2 et 3 de la revue, ce numéro 1′ a été revu, corrigé et complété par rapport à la première version datée de 2008, passant de 192 à 256 pages.

Comme mes petits camarades, j’ai repris et modifié mon article intitulé Ces mangas qui se servent du yaoi pour doper leurs ventes. Malheureusement, je reste insatisfait du résultat final sur la forme. De ce point de vue, c’est probablement l’article dont je suis le moins fier ces 6 dernières années. Déjà la première version me paraissait lourde, trop longue et parfois aride. C’est d’ailleurs ce qui m’avait incité à opter pour le dossier thématique plutôt que l’article long lorsque je me suis attaqué au sexe chez Osamu Tezuka dans le numéro 2. Mais cette réécriture, même si elle m’a permis d’alléger certains passages, ne parvient pas à me convaincre, mais je n’arrive pas à savoir pourquoi, ni comment j’aurais pu améliorer sa lisibilité compte tenu de la complexité de son contenu… Et ça m’agace ! Si certains lecteurs courageux ont un avis sur la question afin que j’évite de refaire la même erreur à l’avenir, je suis preneur…

En outre, j’ai eu la chance de pouvoir m’entretenir par mail avec la talentueuse Est Em et aborder sa carrière en détail dans ce même numéro dans l’article Portrait : est em, du BL au manga d’auteur. Je suis très content d’avoir pu écrire ce papier et d’être le premier journaliste français à avoir pu interviewer Est Em car je suis intimement convaincu que cette jeune femme ira loin avec son trait personnel, nerveux et puissant. Le fait qu’elle ne choisisse pas la facilité en abordant des thèmes peu vendeurs (une histoire de cordonnier) ou polémiques (la corrida) la rend d’autant plus sympathique, surtout au milieu d’une production globalement très conformiste. Plus je découvre son travail, et plus j’ai envie de m’y intéresser. J’espère d’ailleurs que nous aurons bientôt d’autres titres d’elle en France pour accompagner Tango. Clairement une des mangakas les plus prometteuses de sa génération !

Est em 2013

Golondrina est la plus longue série de la mangaka à ce jour et devrait compter un peu plus de 5 tomes (le nombre définitif n’est toutefois pas encore arrêté) et elle est publiée dans le mensuel IKKI de Shôgakukan (Afterschool Charisma, Bokurano, Dorohedoro, La planète Saturne, Les Enfants de la mer…). Ippo est quant à lui édité dans le Jump X (Kai), dans lequel on retrouve aussi le très bon et audacieux Prophecy de Tetsuya Tsutsui. Un pilote (disponible dans le tome 1) a par ailleurs été publié dans le Girls Jump 2012 et les 12 premières pages sont lisibles ici. Je vous encourage donc vivement a jeter un œil à son travail si vous le pouvez.

Manga – 10 000 images
Numéro 1′
Réédition

(2012)

Articles :
Ces mangas qui se servent du yaoi pour doper leurs ventes (Version réactualisée)
Portrait : est em, du BL au manga d’auteur

Prix : 20 euros

Colloque : « Le manger et le dire »

Un commentaire

Le 20 septembre prochain (jeudi), je serais à Bruxelles pour donner une conférence sur la gastronomie dans les mangas et la BD dans le cadre d’un colloque organisé par l’Université Libre de Bruxelles (Centre de Linguistique LaDisco – Département des sciences de l’information et de la communication Resic), en collaboration avec l’Université Paris-Est Créteil Val de Marne, l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle et l’Université Paul Verlaine-Metz.

* * * *

« Japon – France : L’évolution de la bande dessinée culinaire de 1970 à nos jours »

Né au début des années 1970, le manga culinaire est devenu un genre narratif à part entière avec ses codes, ses normes et ses particularités, évoluant progressivement en différentes sous-catégories. En parallèle, le marché de la bande dessinée francophone a décidé de s’ouvrir goulûment aux plaisirs du palais. Pour bien comprendre ces deux phénomènes, nous reviendrons sur les faits marquants de leur histoire tout en observant les auteurs et les séries les plus emblématiques des deux côtés du globe.

* * * *

Heure : 16h20

Durée : 20 minutes environ

Lieu : Université Libre de Bruxelles, au bâtiment S (avenue Jeanne 44, 1050 Bruxelles).

Accès : Pour arriver à la salle Dupréel de l’ULB (avenue Jeanne 44, 1050 Bruxelles), il convient de descendre à l’arrêt Jeanne ou à l’arrêt ULB (tram 25, 94 ; bus 71).

Programme complet et informations annexes sur le site officiel.

Le HS n°1 de Manga 10 000 images – « Gourmet manga : le 9e art de la table » est actuellement programmé pour l’été 2013.

Manga 10 000 images

Laisser un commentaire

Revue d’étude sur le manga publiée aux éditions H

(Site de l’éditeur)

Numéro 1

Homosexualité et manga : le yaoi

(2008)

Article : Ces mangas qui se servent du yaoi pour doper leurs ventes

***

Numéro 2

Osamu Tezuka : Dissection d’un mythe

(2009)

Article : Ayako Tengé x Osamu Tezuka : destins croisés

Chroniques : Avaler la terre, Ayako et Demain les oiseaux

Dossier : Tezukamasutra : de l’art ou du cochon ?

(Première approche d’une étude de la sexualité dans les œuvres de Tezuka)

***

Numéro 3

Le manga au féminin

(2010)

Chronique : Banana Fish

***

Numéro 1′

Réédition

(2012)

Articles :
Ces mangas qui se servent du yaoi pour doper leurs ventes (Version réactualisée)
Portrait : est em, du BL au manga d’auteur

***

~ EN PRÉPARATION ~

Hors-série Numéro 1

« Gourmet manga » : le 9e art de la table

(2013)

Contenu intégral