Japan LifeStyle 20 – Janvier/Février 2012

Japan LifeStyle #20

En kiosque depuis le 10 janvier 2012

3,95 euros

(Voir le sommaire complet)

Dans ce nouveau numéro, j’ai signé un article consacré à la nouvelle série de Pika, Un amour de bentô, à paraître dès février.

* * *

L’info en + : En novembre dernier, j’ai écrit une chronique sur le manga From 5 to 9 de Miki Aihara (désormais annoncé chez Panini) dans Animeland. L’histoire tourne autour d’une jeune femme toujours célibataire à l’approche de son 27e anniversaire et qui subi une certaine pression de la part de son entourage à ce sujet. A l’époque, je n’ai pas voulu insister sur ce point dans mon texte car je suis persuadé qu’on ne doit pas se servir du manga pour tirer des conclusions générales sur la société japonaise, même si certains mangas peuvent servir à illustrer certaines tendances. Quel rapport avec Un amour de bentô, me direz-vous ? Eh bien en faisant des recherches sur Shiori, la conseillère culinaire de la série, j’ai constaté que sa fiche wikipedia indiquait qu’elle avait annoncé sur son blog, le jour de son 27e anniversaire justement, s’être récemment mariée. De toute évidence, la chose a suffisamment d’importance pour la jeune femme pour qu’elle juge utile de l’annoncer publiquement sur son blog. Mais c’est aussi suffisamment important pour la personne qui a pris la peine de le noter sur sa fiche wikipedia. Il y a donc ici quelque chose à creuser… Quelques pistes ont déjà été explorées sur le net, sur ce blog qui développe des exemples de pression sociale ou encore sur Adala-News qui a écrit un papier sur la difficulté de se marier au Japon après 35 ans.

Christophe Kourita (1)

Christophe Kourita est un auteur franco-japonais touche-à-tout dont je suis le travail depuis début 2008. Il est l’auteur, entre autres, d’Aventurier publié au Japon chez Enterbrain (mais la série est en pause depuis cette période – ce qui fait que je n’ai jamais pu exploiter les éléments que j’avais récolté à l’époque et les placer dans mes news).

En 2010 et 2011, Ankama a publié les deux premiers volumes d’Encyclopedia Diabolica, une série diffusée en ligne gratuitement en japonais sur deux sites de l’éditeur Kôdansha (« Pithecanthropus » puis « Michao! »).

 

Le principe des ouvrages est simple : Christophe puise dans ses racines pour faire naître un concept original, celui des esprits (« yôkai », en japonais) qui peupleraient les campagnes françaises depuis des siècles. Chaque tome contient douze chapitres en couleurs introduits par le professeur Lafayette, célèbre yôkaïologue, présentant à chaque fois un yôkai (inventé) et une région française (réelle, avec son folklore et ses traditions) dans des récits oniriques et surprenants, qui rappellent parfois les Contes de la crypte (en moins horrible – Diabolica étant davantage « tout public »). Victime de ses faibles ventes, la série ne connaîtra probablement pas de 3e opus chez Ankama. Ce qui n’est pas forcément gênant, car les histoires sont toutes indépendantes. Malgré tout, Christophe n’abandonne pas et continue à réaliser de nouvelles histoires qu’il devrait proposer en ligne prochainement sur son site. En parallèle, il s’est également mis en tête de fabriquer des petites figurines de ses monstres pour les présenter en diorama sur une carte de France. La première représente Gribouille (chapitre 6), la seconde, une sirène de feu (chapitre 4), et la troisième, la Bête à tête humaine (chapitre 1).

Gribouille

La sirène de feu

La Bête à tête humaine

Plus de photos et des making-of sur le blog de Christophe Kourita.

Je vous invite bien sûr à lire Diabolica, mais également à visiter le site de Christophe (peut-être que son court métrage, Rémi le marlou, vous intéressera ?) et à suivre l’actualité de son blog.

Site officiel / Blog / Twitter

(Français / English / 日本語)

Couvertures © Ankama Editions et Christophe Kourita

Photos © Christophe Kourita

Hidenori Hara : le blog

Hidenori Hara fait partie des auteurs que j’affectionne le plus. Il a une maîtrise du récit, un contrôle de la psychologie humaine qui rendent ses personnages et leurs réactions crédibles, et un sens de l’humour qui font mouche à chaque fois sur moi. Que ce soit dans Densha otoko (Kurokawa) ou G Gokudo Girl (Pika), j’ai passé d’excellents moments de lectures. Et puis j’aime bien la tronche qu’il donne aux animaux, que ce soit aux chiens ou aux chats. Ça me fait bien triper. Autant dire que lorsque j’ai eu l’occasion de travailler sur Regatta pour Kurokawa, je n’ai pas hésité une seconde (même si à la base je ne connaissais rien à l’aviron !). J’en garde un excellent souvenir, avec une histoire bien écrite, des personnages hauts en couleurs et des répliques à se rouler par terre. Malheureusement, nous ne sommes qu’une poignée en France à aimer son travail et, du coup, les chances de revoir un manga d’Hidenori Hara ici sont plus minces qu’une feuille de papier à cigarette. Et c’est bien dommage !

Il y a quelques semaines, alors que je faisais des recherches sur Twitter, j’ai découvert que ce brave monsieur avait un blog depuis fin 2010. Et ça a été pour moi l’une des meilleures nouvelles de l’année ! Si vous lisez le japonais et que le cœur vous en dit… cliquez sur l’image ci-dessous pour vous y rendre. Bonne visite ! 🙂

Image © Hidenori Hara

Repas de mariage

Ce texte est la reprise d’un billet que j’ai écris fin juin 2011 pour le blog des éditions H, légèrement réactualisé.

À l’occasion de la sortie nippone du troisième tome de Bride Stories le 15 juin dernier, la section manga du site d’information Comic Natalie a mis en ligne hier un dossier de quatre pages consacré aux plats proposés dans la série de Kaoru Mori.

La mangaka a donc temporairement troqué ses pinceaux contre des spatules et des couteaux pour nous mitonner trois petits plats présents dans le volume 3 : le polo (un riz sauté aux carottes et au poulet), le lagman ou lëghmën (nouilles fraîches au bœuf et aux légumes) et les brochettes kébab. Comme l’histoire de son récit se passe en Asie Centrale, il s’agit donc de recettes locales d’origine Ouïghour.

Page 1 : Kaoru Mori donne donc les ingrédients et la recette du polo pour 4 personnes. Pour les non japonisants, vous trouverez un équivalent en français sur ce site (et rien ne vous empêche d’apprécier les photos de Comic Natalie).

Page 2 : C’est au tour de la recette du lëghmën. Là aussi, vous trouverez la recette sur ce blog, relativement bien documenté (on y apprend par exemple que ces nouilles auraient été importées d’Italie et seraient à l’origine des nouilles chinoises…).

Page 3 : Vient ensuite la recette des brochettes kébab à base d’agneau ou de mouton. La recette est simple : on coupe la viande en dés, on sale, on rajoute un œuf et du cumin, on mélange, on laisse reposer 2 heures dans des sacs hermétiques et on fait griller les brochettes (pour le plus grand bonheur du chat).

La dernière page est consacrée à un entretien avec l’auteure, mais qui sort du cadre de ce billet. Il est toutefois rappelé que Comic Natalie avait déjà présenté le travail de Kaoru Mori à travers plusieurs vidéos la montrant en train de réaliser une illustration de Bride Stories il y a bientôt deux ans.

           

[Mise à jour] En France, la série a débuté le 9 juin 2011 aux éditions Ki-oon et les vidéos de Comic Natalie ont été diffusées sur le stand de l’éditeur à Japan Expo dans l’espace consacré à la série, complétées par une petite exposition. Depuis début décembre, nous avons rattrapé la publication japonaise et il faudra probablement attendre un an avant d’avoir un nouveau volume du manga. En outre, le site Manga-TV a proposé en août une traduction complète du dossier mis en ligne par Comic Natalie : Page 1Page 2Page 3Page 4.

Si vous connaissez déjà ces plats, si vous avez testé les recettes après avoir lu ce billet, ou si vous souhaitez partager des informations sur la cuisine ouïgoure, n’hésitez pas à poster un commentaire.

Couvertures © 2009-2011 Kaoru Mori

Le manga pour enfants (1)

Depuis plusieurs années, j’avais le projet d’écrire un papier sur la BD pour enfants et, plus spécifiquement, sur les livres illustrés pour les 3-6 ans. J’avais proposé le sujet à Olivier Fallaix pour Animeland en 2009, mais mes premières recherches datent de bien avant. Initialement, mon article aurait dû voir le jour fin 2009, mais il avait été reporté pour diverses raisons. Lorsque nobi nobi ! a annoncé son arrivée sur le marché, nous avions décidé d’un nouveau report avec Olivier, le temps de prendre du recul (de nombreux supports ayant interviewé l’éditeur pour son lancement), mais sans vraiment planifier de date précise. C’est finalement en décembre 2011 que l’article a été publié, sous le titre « Récréation dans la cour des petits ». Je vous invite bien sûr à vous pencher dessus, d’autant que ce numéro d’Animeland est disponible en kiosque jusqu’à fin janvier.

Lorsque j’ai commencé mes recherches, un auteur a très rapidement attiré mon attention, Kazuo Iwamura (site officiel en japonais). J’ai tout de suite été séduit par les couleurs qu’il utilisait, à la fois douces et chaleureuses, ainsi que par son trait rond et mignon. En France, il est surtout connu pour la série La famille Souris (14 hiki no… en VO), publiée à l’École des loisirs, et les aventures de Nic, Nac et Noc les petits écureuils (les Korisu au Japon), disponibles en français chez l’éditeur Belge Mijade.

Voici les deux livres de M. Iwamura que j’ai acheté afin de préparer mon article.

La pomme rouge (L’école des loisirs – Mars 2010) 12 euros

Avis : Publiée initialement au Japon en 1979, La pomme rouge (Ringo ga hitotsu) est l’histoire d’un mini pique-nique qui tourne mal. Alors qu’elle est montée sur une colline pour déguster tranquillement sa belle pomme rouge, Natchan la laisse tomber accidentellement. La pomme se met alors à dévaler la pente et rouler, rouler, rouler… L’histoire est basique et destinée avant tout aux 3-6 ans, mais sa réalisation originale (dessinée au crayon de papier, entièrement en noir & blanc – sauf la pomme – sur des illustrations en double page) lui donne un cachet vraiment particulier. Un joli conte sur la notion du partage et de la cohabitation entre l’Homme et la Nature. (L’ours a vraiment une bonne bouille en plus !)

***

Quand dormez-vous ? (Mijade – Septembre 2011) 11 euros

Avis : C’est en désobéissant à leurs parents que Nic, Nac et Noc vont comprendre, à travers leur expérience personnelle de la vie, pourquoi il est utile et important de dormir la nuit… Un peu plus moralisatrice que l’œuvre précitée, cette histoire se termine joliment sur la capacité des héros à s’adapter aux modes de vies différents de leurs amis. Réalisée en 1982, elle avait déjà été traduite dans les années 1980 aux éditions du Cerf et inaugure la série des petits écureuils. Cela faisait six ans que Mijade n’avait pas sorti d’album de leurs aventures après Sous l’orage (mai 2004), Tout est rouge (septembre 2004), Le printemps des écureuils (février 2005) et Vive la neige (octobre 2005). Il ne manque désormais plus que A table ! (prévu le mois prochain) pour que la série soit complète.

Pour la petite anecdote, c’est Patrick Honnoré, traducteur de romans chez Picquier et traducteur et/ou adaptateur de nombreux mangas (Barbara, Histoires pour tous, Onmyôji…), qui s’est chargé de la nouvelle version française de Quand dormez-vous ? .

***

Le petit + : M. Iwamura a posté sur son blog en septembre la vidéo d’une grosse cigale japonaise en train de chanter. (une « Meimuna opalifera », pour les entomologistes  en herbe) Sacrée bestiole !