Prix Asie de la Critique ACBD 2013 : Ouverture des votes

Laisser un commentaire

Les membres de l’Association des Critiques et des journalistes de Bande Dessinée (ACBD), dont je fais partie, s’apprêtent à désigner leur septième Prix Asie de la Critique ACBD le 10 juillet prochain. Ce prix distinguera une bande dessinée asiatique publiée en langue française entre juillet 2012 et juin 2013.

Sont en compétition cette année :

  • Le Cœur de Thomas de Moto Hagio, Kazé
  • Knights of Sidonia vol. 1 à 3 de Tsutomu Nihei, Glénat
  • Opus vol. 1 de Satoski Kon, Imho
  • Palepoli de Usamaru Furuya, Imho
  • Le Vagabond de Tokyo vol. 3, Tokyo Lullaby de Takashi Fukutani, Le Lézard Noir

Cette liste résulte de nombreux débats au sein du Comité de Sélection Asie-ACBD 2013 qui recommande également chaudement la lecture des titres suivants :

Bride Stories de Kaoru Mori, Ki-oon

Chihayafuru de Yuki Suetsugu, Pika

Les Enfants de la mer de Daisuke Igarashi, Sarbacane

Les Enquêtes du limier de Jirô Taniguchi, Casterman-Sakka

Kamakura Diary d’Akimi Yoshida, Kana

Maria de Kazuo Kamimura, Kana

Les Pieds bandés de Li Kun Wu, Kana

PIL de Mari Yamazaki, Casterman

Silver Spoon, de Hiromu Arakawa, Kurokawa

Spice & Wolf de Juu Ayakura et Keito Koume, Taïfu Comics

Tohu-Bohu de Shinya Komatsu, Imho

Avez-vous un avis sur ces deux sélections, amis lecteurs ? Des pronostics sur le futur gagnant ?

Exposition ambitieuse recherche financement urgent !

Laisser un commentaire

À l’occasion des 25 ans de la disparition d’Osamu Tezuka, l’association Tokiw’Asso souhaite lui rendre hommage en lui consacrant en 2014 une grande exposition itinérante, gratuite et destinée au grand public.

D’une surface de 150/200m², cet évènement présentera plus de 100 éléments dont une cinquantaine de pièces originales et inédites en France prêtées par Tezuka Productions (garants du patrimoine d’Osamu Tezuka) :

  • Ekonte (storyboards de films animés)
  • Planches de mangas
  • Celluloïds (dessin présentant une scène d’un dessin animé à un instant T)
  • Premières éditions de mangas (revues et albums)
  • Photographies de la vie personnelle et professionnelle de l’artiste
  • Jouets d’époque
  • Figurines et produits dérivés
  • Reprographies de carnets de croquis, mangas, photos, affiches de films…

En marge de ce grand événement, divers lieux proposeront une exposition intitulée Tezuka vu par… regroupant une trentaine de dessins hommages par différents artistes de tous horizons et de toutes nationalités, tels que Atsushi Kaneko, Patrick Sobral, Manuele Fior, Junko Kawakami, Florent Chavouet, Olivier Martin, Guillaume Lapeyre, Philippe Caza, Raf, Dara, Moonkey, Reno Lemaire…

L’exposition débutera à la Maison de la Culture du Japon à Paris (MCJP) et se terminera à Annecy à l’occasion du Festival International du Film d’Animation en passant notamment par le Festival Internationnal du Court Métrage de Clermont-Ferrand ainsi que d’autres villes durant le premier semestre 2014 (en cours de programmation).

Malheureusement, ce projet a un coût, et l’association cherche donc à obtenir la somme nécessaire à sa réalisation à travers un financement participatif et le site Ulule. En effet, les frais pour la location des pièces, le transport, l’assurance et les droits des pièces sont estimés à 25 000 € minimum :

  • Préparation des pièces et leur transport du Japon vers la France aller et retour : ~7 000 €
  • Droits de diffusion des pièces et assurance : ~18 000 €

Tous les autres frais sont pris en charge par l’association, ses partenaires et les différents lieux d’accueil.

Initialement prévue jusqu’au 21 juin, la recherche de financement (qui peine à atteindre le tiers de son objectif !) a obtenu une rallonge des ayants droits de Tezuka jusqu’au 10 juillet.

N’hésitez pas à soutenir massivement le projet, en le relayant ou en donnant de l’argent, car sa (non) concrétisation aura forcément un impact sur le futur de ce type d’initiatives en collaboration avec le Japon.

Hécatombe éditoriale au Japon

2 commentaires

Peut-être n’est-ce qu’une question de hasard, de timing « malheureux » ou simplement l’air du temps, mais depuis quelques semaines, voire quelques mois, de nombreuses séries dites « anciennes » (ou « historiques » pour l’histoire du manga moderne) se terminent au Japon. Il va donc y avoir très bientôt un renouvellement important chez les éditeurs japonais qui ne manquera pas d’être suivi avec intérêt par les éditeurs français, dont la survie de certains pourrait dépendre de cette évolution.

Tirent donc leur révérence en 2013 :

Vampire Knight de Matsuri Hino, 19 tomes en 8 ans.

Princesse Résurrection de Yasunori Mitsunaga, 20 tomes en 8 ans.

Fleurs bleues et Hôrô Musuko (inédit) de Takako Shimura, avec respectivement 8 et 15 tomes, pour 10 et 9 ans de publication.

Soul Eater d’Atsushi Ohkubo, 25 tomes en 9 ans.

Couverture du Monthly Shônen Gangan n°7/2013
avec Soul Eater

Vassalord de Nanae Chrono, 7 tomes en 9 ans.

Fushigi Yûgi – La légende de Gembu de Yû Watase, 12 tomes en 10 ans.

WORST de Hiroshi Takahashi, 33 tomes en 12 ans.

GANTZ d’Oku Hiroya, 37 (ou 38) tomes en 13 ans.

Neon Genesis Evangelion de Yoshiyuki Sadamoto et GAINAX, 14 tomes en 18 ans.

Couverture du Monthly Comic Avarus n°3/2013
avec Vassalord

Je me demande lesquels d’entre eux représentent quelque chose de fort pour le lectorat aujourd’hui et si l’arrêt de l’un ou l’autre provoque en vous un quelconque sentiment (tristesse, soulagement, joie…) ?